Darnand, le bourreau français – T. 1

« – Tu sais comment les angliches appellent leurs tireurs embusqués ? Des snipers. Snipe, ça veut dire bécassine.

– Comme l’oiseau ?

– Ouais. En réalité, c’est la bécasse. Y a pas plus dur à tirer. Elle reste immobile jusqu’au dernier moment. Et puis, d’un coup, elle part en zigzaguant. »

Patrice Perna, Fabien Bedouel, Darnand, le bourreau français – T. 1, Rue de Sèvres, 2018, p. 5.

Lire la suite

Publicités

Pline – T. 1 L’appel de Néron

« On nous a toujours martelé que la foudre n’était autre qu’une lance de lumière jetée par Zeus depuis les nuages. Mais enfant, déjà, je n’étais pas satisfait par cette explication. La foudre est du feu provenant des trois planètes supérieures , notamment de la planète intermédiaire qui est Jupiter. C’est tout du moins ce que les prêtres d’Étrurie ont prétendu et qui s’est popularisé à Rome sous la forme de cette histoire des lances de Jupiter. Mais il n’y a nul dieu dans les nuages ! Ce qu’on y trouve, ce sont des masses de vapeur d’eau qui se heurtent. Voilà comment naît ce phénomène qu’on appelle la foudre ! »

Mari Yamazaki et Tori Miki, Pline – T. 1, Casterman, 2017, p. 56.

Lire la suite

Les pièges de l’exil

« Elle me laissa lui en allumer une. Elle fumait comme une collégienne, aspirant à peine, et cela me fit sourire, mais pas trop, de crainte qu’elle ne pense que je me moquais d’elle, ce qui aurait été grossier et stupide. La plupart des femmes aiment à penser qu’elles sont raffinées, même quand vous êtes ravi qu’elles ne le soient pas. »

Philip Kerr, Les pièges de l’exil, Éditions du Seuil, 2017, p. 147.

Lire la suite

Le passage

« La porte une fois close, il est un instant cruel et redouté : spectateur impassible de la nudité d’autrui, le médecin doit se dévêtir à son tour et cet acte, plus encore que celui qui va suivre, l’épouvante et le rend maladroit ; mais la honte est bue, les gestes nécessaires sont accomplis ; et comme un vieux gymnaste aux jointures ankylosées, s’essayant maladroitement aux exercices de barre et de trapèze de sa jeunesse, le médecin se démène gauchement sur le divan d’un hôtel borgne. »

Jean Reverzy, Le passage, Les Éditions du Sonneur, 2014, p. 22-23.

Lire la suite

Phobos 4

« Vous êtes douze. Douze, comme les jeunes gens catapultés voici trois ans à l’autre bout de l’espace, avec leur espoir comme seul bagage. Vous êtes seuls. Seuls, comme les pionniers isolés sous leur bulle de verre martienne, avec leur conscience pour seule boussole. Comme eux, vous allez devoir prendre une décision collective cruciale. Comme eux, vous allez devoir choisir ce qui est juste. »

Victor Dixen, Phobos 4, Robert Laffont, 2017, p. 294.

Lire la suite

Le bâtard de Kosigan – T.2 Le fou prend le roi

« Ainsi que je l’avais escompté, sauver les fesses de l’arrière-garde de l’ost français m’a valu l’estime du roi Philippe. Sans même que j’aie besoin de le lui proposer, il s’est mis à me donner des ordres, comme si je travaillais pour lui depuis toujours, que je n’avais rien à redire et que la question éventuelle de mes honoraires se trouvait purement superflue. »

Fabien Cerutti, Le bâtard de Kosigan – T. 2, Folio SF, 2017, p. 109.

Lire la suite